Beyond Anarchy 2023

Pour un avenir sans autoritarisme

(2023)

 



Note

Présenté comme matériel de discussion à l'occasion de la rencontre de Saint-Imier (19-23 juillet 2023) pour célébrer les 150 ans du Congrès de l'Internationale anti-autoritaire (Saint-Imier, 15-16 septembre 1872).

 


 

L'objectif de ce document
L'autoritarisme progresse, malgré le fait que la plupart des individus disposent aujourd'hui de moyens de communication et d'action qui feraient de chacun un être humain libre, capable de promouvoir et de créer des communautés volontaires autonomes.
Si ce n'est pas le cas, c'est parce que nous vivons dans un présent encore dominé par le passé, incapables de construire un avenir fait de relations non autoritaires.
Nous devons donc examiner les erreurs du passé, prendre conscience de nos déficiences présentes et, sur la base de tout cela, construire un avenir de notre choix.

 

Le passé
Le mouvement ouvrier qui a émergé au 19ème siècle, luttant contre les privilèges et l'exploitation, a été affecté par trois caractéristiques fort négatives qui survivent encore chez trop d'individus qui proclament lutter pour la liberté et l'émancipation de tous les êtres humains. Il s'agit de :

  • Centralisme. L'Association internationale des travailleurs, créée à Londres en septembre 1864 par des délégués ouvriers français et anglais, est rapidement tombée sous le charme et l'emprise de Karl Marx qui voulait en faire un organisme de direction centrale des luttes politiques et économiques du prolétariat mondial. Les anarchistes, qui rejoignirent rapidement l'Association (1868), n'étaient pas favorables à cette stratégie centralisatrice, prônant une « emancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes, en dehors de toute autorité directrice. » (Circulaire de Sonvilier, 1871). La même exigence de variété et d'autonomie a été réaffirmée au Congrès de l'Internationale anti-autoritaire (Saint-Imier, 1872) après l'expulsion, orchestrée par Marx, de la composante anarchiste.
  • Sectarisme. Cette variété et cette autonomie des différentes fédérations anarchistes n'ont pas duré très longtemps, du moment que certaines personnes au sein du mouvement anarchiste ont commencé à donner la prééminence à leurs propres idéologies (communisme, collectivisme, individualisme, etc.) au lieu de les accepter toutes à niveau personnel et d'opérer pour la promotion de la liberté et de l'émancipation universelles. En fait, les plus véhéments et vocifères d'entre eux ont commencé à essayer d'imposer leur idéologie comme la meilleure et la seule qui devait être acceptée par tous. La position d'une "anarchie sans adjectifs" avancée, entre autres, par Tarrida del Marmól, a été pratiquement ignorée et mis à côté.
  • Autoritarisme. Le sectarisme est alors devenu la source directe de l'autoritarisme qui, incroyable mais vrai, a pris racine également dans un mouvement anti-autoritaire. En outre, la soi-disant révolution communiste en Russie a attiré et fasciné de nombreux anarchistes qui voulaient transférer cette stratégie dans d'autres parties du monde. Certains ont vu la supercherie, mais beaucoup ont préféré garder leurs illusions. Par exemple, dans la révolution espagnole, présentée comme anarchiste, la direction du mouvement anarchiste a décidé de participer à un gouvernement dirigé par Largo Caballero, le soi-disant Lénine espagnol. Comme l'a fait remarquer un anarchiste sincère, cette décision représentait "la liquidation de l'anarchisme et de la C.N.T." (la Confederación Nacional del Trabajo, anarcho-syndicaliste).

 

Le présent
La situation actuelle du mouvement non-autoritaire est encore affectée par beaucoup de ces mauvaises tournures prises dans le passé. De plus, certains aspects abhorrés par les anarchistes (nationalisme, paternalisme étatique corrupteur, luttes politiques, querelles idéologiques) ont partout pris le devant de la scène, sans que personne, ni même les anarchistes, ne soit capable de les reléguer dans la poubelle de l'histoire. Et cela arrive parce que la réalité actuelle, en ce qui concerne la conception et la pratique libertaires, se caractérise par un :

  • Manque de communication (données, idées)
  • Manque de coordination (activités, événements)
  • Manque d’actuation (projets, plans)

Remédier à ces carences serait en totale syntonie avec ce qui a été préconisé lors du Congrès de Saint-Imier (« toutes les Fédérations qui voudront adhérer à ce pacte, auront entre elles des communications et une correspondance régulière et directe »). De plus, les personnes disposent aujourd'hui d'instruments de communication, de coordination et d’actuation de projets communs dont les participants au Congrès du 1872 n'auraient pu que rêver.

 

L'avenir
Une étape préliminaire pour relancer le mouvement non-autoritaire devrait consister à réaffirmer, de la manière la plus claire, ouverte et synthétique possible, les principes de base et les méthodes du mouvement.

Principes de base

  • Liberté (autonomie)
  • Équité (fin des privilèges et des pratiques d'exploitation)
  • Solidarité (entraide)

Méthodes de base

  • Non-centraliste (acceptation de la pluralité)
  • Non-sectaire (acceptation de la variété)
  • Non-autoritaire (acceptation de la singularité)

Une fois cette étape préliminaire mais indispensable a été franchie, nous pourrons commencer à présenter, discuter, sélectionner des formes et des moyens d'action. En suivant les propositions toujours pertinentes du Congrès de Saint-Imier, nous pourrions mettre en place une ou plusieurs plateformes-outils fédérées pour :

  • La communication
  • La coordination
  • L’actuation

et promouvoir des idées-activités-projets sur des thèmes pertinents tels que :

  • Processus alternatifs d'éducation
  • Formes alternatives de production
  • Moyens alternatifs d'échange

 

Il est temps de renouveler sur des bases plus solides et pratiques le pacte d'amitié, de solidarité et de défense mutuelle entre les Fédérations libres suggéré par les participants au Congrès de Saint-Imier comme la voie vers un avenir non autoritaire, basé sur des êtres humains libres et des communautés volontaires autonomes.

 


[Home] [Top]